vendredi 28 février 2014

Prendre ses pensées pour la réalité



Les pensées sont de drôles de petites bêtes. Elles sont entièrement créées par nous,  par nos cerveaux fatigués, excités, apeurés, subjectifs, et impulsifs.
Et pourtant, on confond souvent nos pensées avec la réalité…..enfin je confonds souvent.
Et ça me joue de très vilains tours….

Parfois, mes pensées enjolivent et elles prennent mes désirs pour la réalité. Dangereux.

Habituellement, c’est plutot l’inverse mes pensées voient tout en noir, elles sont en crise, ells imaginent les pires scénarios. Et elles sont très creatives. Je pense qu’elles pourraient facilement trouver  un job à Hollywood, département DRAME.

Disons que chez moi, mes pensées sont des vilains petits tyrans qui ont un peu trop pris le contrôle de mes émotions. Elles bouillonent sans cesse. Incontrôlables. Toujours un coup d’avance, toujours dans la projection, l’anticipation. J’ai decidé J'essaye de ne plus leurs accorder trop d’attention, de les remettre à leur juste place.

Ah bon je suis idiote, stupide, trop cocone ? Après un moment d’éffondrement (oui c’est bien vrai ça, je suis vraiment totalement demeurée), je leur ferme leur clapet, je ne leurs laisse plus la parole. Et je reprends ma formule magique “un pas après l’autre, un jour après l’autre et on verra”

Oh nom d’un chien ; je vais mourrir d’un cancer fulgurant en 15 jours et mon fils ne s’en remettra jamais et il sera hyper malheureux et il finira accro à toutes les pires substances illicites… Après un long moment de panique , je rigole (jaune), je me moque d’elles, je les chasse “allez ouste fichez moi le camp et revenez quand vous serez capable de m’inventer un meilleur scenario “Miss Zen, une nouvelle Anna Gavalda est née” par exemple ou “Le koala champion de tennis, chef d’orchestre et chirurgien à 22 ans, il reçoit le Prix Nobel du génie précoce”

Olalala je ne vais jamais retrouver de boulot et  je vais finir ruinée, au RMI/CPAS, je ne pourrai plus m’occuper de mon fils, et tout finira mal dans un logement social avec vue sur la voie ferrée ET l’autoroute, et mon fils tombera malade et je n’aurai plus d’argent pour le soigner….évidement mon mari et ma mere seront morts, ma soeur transformée en une odieuse Cruella.  STOP STOP STOP au plus je laisse mes pensées vagabondées, au plus elles deviennent sadiques et sombres. 

Ah mes pauvres petites pensées vous pensiez continuer encore longtemps à diriger le spectacle ?????? Et bien non, non, non : le chef d’orchestre, le maître de ballet, la cavalière, C’EST MOI.  Alors maintenant, on va reprendre tout doucement. Vous allez utiliser votre belle énergie pour inventer des histoires, des nouvelles, voire un roman.

Et on prendra tout notre temps pour continuer “En avant, calme et droit”.

Et vous ? Vos pensées sont des “drama queen”, des divas, des bonnes copines ?

11 commentaires:

Electra a dit…

Je me retrouve dans ton billet, j'ai exactement le même problèmes des pensées tyranniques sur lesquelles j'ai l'impression de ne pas avoir prise.
D'ailleurs, je me dit la même chose, au mot près "un jour à la fois!". Et aussi "je contrôle mes pensées" mais c'est plus de l'auto-persuasion.
Si tu ne connais pas déjà, je te conseille de jeter un oeil sur "les 4 accords toltèques", c'est du bon sens qui peut faire du bien dans notre cas de cerveau fou!

Vanette a dit…

Je te conseille de voir ou de revoir La Mélodie du Bonheur, ou au pire Amélie Poulain ! Et de lire autre chose que tous ces essais sur le bonheur. Un Harlequin, peut-être ? ^^
Non, mais j'plaisante, hein ! Mais
des fois, je me dis que ça serait vachement gai de te "psychanalyser" devant un cappuccino ! Je vais chercher un endroit où le faire avec mes gnomes et ton koala, et on organise ça ! :)

Lavieenrouge a dit…

:))))))j'adore ton article! euh, au fait c'est plus le RMI en France mais le RSA. Je préfère t'en informer au cas ou tu aurais à faire une demande de dossier:)
Ces pensées ce sont des escalades cognitives. Je connais ça. Mais elles disparaissent totalement lorsque je suis en présence des autres. Donc j'évite de rester chez moi à lire. Cependant je m'inquiète souvent de mes pensées dramatiques:(maladie + corps défiguré + paralysie + ruine + solitude mais délinquance lorsque je serais âgée pour m'en sortir + guerre = la seule solution pour m'en sortir dans la masse) donc ça va fort:) Le pire c'est que j'ai du mal pour retrouver la raison. J'ai entendu quelque chose il y a quelques jours et je me suis dit en marchant sur la plage: oui les ruminations sont des déchets que l'on traine toujours avec soi. Et ça allait mieux mais en rentrant chez moi j'ai eu peur de la menace des anti-fa. Donc c'était repartit. Voilà je te rejoins donc sur la mauvaise pente tout en étant consciente. Je pense que la société nous propose des choses, qui entrave notre liberté et qui nous tiennent enchainées. C'est la raison pour laquelle j'ai commencé à lire ton blog il y a quelques années et je me rends compte maintenant que nous sommes nombreuses à ne plus être dupes de certaines choses.

Ladylaeti a dit…

Oh je l'aime ce billet... je l'aime mais c'est "mauvais"... car j'aurai pu écrire les mêmes phrases, surtout celles sur l'idée de mourir d'un cancer fulgurant en 15 jours laissant mari et enfant totalement démunis et inconsolable...
J'ai, comme beaucoup, ces pensées... Moi aussi je crains beaucoup et mes pensées, mauvaises bien sûr, me guident... Tu veux un exemple du moment? Et bien en plus des maladies etc... je suis persuadée d'empoisonner ma fille, mon mari et moi même.. comment? les cosmétiques, les habits "made in China", les boites plastiques , les produits de la maison...bref.. mon mari me "secoue" à ce sujet, mais rien n'y fait, c'est ancré dans ma caboche..
Par contre, je serai assez d'accord avec Vanette, peut être faut il un peu jouer l'autruche et arrêter de lire/regarder/écouter tous ces trucs qui nous informe sur ce monde que nous pourrissons et qui nous pourris..
Bref, continue ta lutte... mais essaie de souffler aussi... ça fait, je pense, partie de notre guérison...
Des bisous ma belle... je pense fort à toi

Célestine a dit…

La méditation m'aide à éloigner ces pensées là. Mais ça n'a pas été tout seul! Et il ne faut jamais arrêter, sinon elles reviennent. Une sorte de traitement à vie, en quelque sorte.
Mais je confirme que ça marche.
Quant à se changer les idées comme le propose Vanette, très bonne idée.La sinistrose actuelle empêche de goûter pleinement aux bonheurs simples. Alors de temps en temps, et même le plus souvent possible, je n'écoute pas les infos.

Sylvia a dit…

Moi aussi je me laisse encore trop souvent prendre au piège par ce vieux singe fou qui m'entraîne dans les méandres sans fin de mes pensées...Mais on va dire qu'avec l'âge, j'apprends à me soigner :) et le yoga m'aide beaucoup aussi.
Bises.

Wafa a dit…

Pareil en ce moment c'est "Si on se marie et que je démissionne alors je n'aurais presque plus rien sur ma list de TO do avant de mourir. Donc je vais mourir. Donc il ne faut pas que je me marie, ni que je démissionne et New York, jamais" Bien, bien, bien... :-(

Slye a dit…

Ohlalalalala, si j'étais une chanson, je serai ''Elle panique''.
Miss Speed est mon ombre que j'ai du mal à apprivoiser.
La lecture de ce billet et des commentaires m'ont fait prendre conscience qu'il était grand temps de m'offrir une détox ruminatoire!!!
Et ce d'autant que mon corps parle beaucoup à ma tête, et que ça signifie qu'il est grand temps que j'emprunte les chemins de la liberté.

capsurlessentiel a dit…

1er commentaire sur votre blog, mais depuis le temps que je lis vos mots en sous-marin... Continuez d'écrire, vous nourrissez notre réflexion et nos... pensées !

Miss Zen a dit…

Electra : alors je prends tous les conseils possibles car il en faut des idées pour re-programmer son cerveau ! merci.

Vanette : j'adore Amélie Poulain, je l'ai vu en boucle...allez je te fais confiance pour trouver un endroit, je suis prête à tout !

La vie en rouge : ah ben voila que je suis encore coincée quelque part vers les années 80..... Moi aussi ces pensées/ruminations (comme tu le dis si bien) ont effectivement tendance à se multiplier quand je suis seule ou quand je me sens seule. Ca va donc mieux depuis que je suis à Bruxelles pres de ma famille....

Ladylaeti : je sais que toi aussi tu as l'imagination fertile....on devrait s'associer pour écrire des scénarios.....au moins nos ruminations nous feraient gagner un peu d'argent ! bisous

Célestine : aaaah la méditation, j'y pense souvent ...trop souvent et comme si souvent je devrais arrêter d'y penser et me lancer ! mais c'est vraiment difficile de commencer, je ne sais pas trop comment m'y prendre, ni quand.....

Sylvia : alors le yoga, je suis perdue. Je crois que cela me conviendrait vraiment mais je ne sais pas quelle "version" choisir et j'ai peur de me faire mal avec toutes ces postures extravagantes !

Wafa : ah oui tiens c'est intéressant cette logique ;-) mais j'ai déjà lu ça quelque part, les gens qui ne finissent jamais rien car finir = fin = petite mort.....

Slye : c'est une question que je me pose souvent "qui parle à qui" - est-ce mon cerveau qui provoque des symptômes ou est-ce mon corps qui re-traduit ce que mon cerveau ne veut pas comprendre...... et me voila repartie....

capsur l'essentiel :merci beaucoup, merci vraiment pour ces encouragements. Merci !

tess a dit…

bonjour,
as tu déjà lu "le pouvoir du moment présent" d'Eckart Tollé?
le titre est grandiloquent mais c'est une vraie révélation quant à cette voix qui te parle, à nos pensées incessantes et incontrôlées...
vraiment je te le conseil, il m'a beaucoup aidé à comprendre un tas de choses
bises