mardi 18 mars 2014

Comme une évidence...




Il y a des rares moments dans la vie où l’on se sent parfaitement à sa place.
Ancrée – enracinée.
Aujourd’hui, je n’ai pas de plus grand plaisir que d’aller déposer et chercher mon fils à l’école. Je crois que rien ne pourrait m’apporter un tel sentiment de plénitude : marcher dans la petite rue, passer la porte bleue et rentrer dans la cours de l’école. Une petite école de village, un peu déglinguée, un peu veillotte, une cours dans laquelle le temps semble s’être arrêté, dans laquelle la mondialisation, l’hyper compétitivité, le rendement ne semblent pas avoir prise. Il y a là un sentiment d’autrefois.

Quand le soleil est de sortie, j’attends l’ouverture de la porte, adossée contre une façade blanche. Je tourne mon visage vers les doux rayons, je ferme les yeux, je ronronne. J’ai l’impression d’être chez moi, totalement….

Je pense à mon arrière grand-père qui louait  à quelques mètres de là des chevaux et des charrettes pour monter la pente du Vivier d’Oie….
Je pense à la vie de ma grand-mère passée sur cette parcelle de terre entre le Vert Chasseur et la Petite Espinette, et qui aimait sa bâtisse du Fort Jaco plus qu’elle même.
Je pense à mon père qui a, lui aussi, poussé et vieilli ici.
Je pense à ce qu’il a essayé de m’inculquer : être indépendante, libre du jugement et du regard des autres, valoriser ce qu’on peut mettre dans une tête plutôt que dans un portefeuille, ….

La porte de la classe s’ouvre, mon fils se précipite dans mes bras. Je suis heureuse. Déterminée à lui donner des racines dans lesquelles il puisera sa force, son indépendance, sa liberté.

Ca vous arrive de ressentir ça ?

9 commentaires:

Lavieenrouge a dit…

En fait tu as réussi à emmener ton fils dans l'école de tes rêves. Je me souviens très bien de certains de tes articles concernant tes angoisses de scolarité à Paris. Une belle réussite :)
Oh oui ton article me parle. Je vis là dans l'immeuble ou a vécu ma grand-mère et que mon grand-père a fait construire. La semaine dernière lasse de tant d'obligations fiscales et autres, j'ai prié, et je me suis adressée à mon grand-père pour qu'il me donne la force de conserver le patrimoine. Hier matin, je décidais de déménager et de vivre dans l'appartement du dessous et je suis bien plus sereine. Certes encore plus de dépenses et de taxes, mais dans la continuité. Bonne semaine à toi.

Slye a dit…

Perso c'est lorsque j'accepte de voir la triste réalité... Que ça devient évident!
Je suis tombée par hasard un matin de juin en amour d'un bel endroit qui ne se la raconte pas, où la couleur du ciel est d'un vrai bleu... Et où je respire.
Ce matin là je me suis sentie apaisée comme jamais.
Vivre là bas est devenu une évidence, et pour lui aussi puisqu'il part s'y installer cet été.
Je prévois de travailler à mi temps pendant 2 ans pour être là bas le plus possible. Ensuite, je serai enfin LIBRE.
Mon corps m'a envoyé des signes forts: un burn out, puis un accident sérieux. Alors j'ai fini par l'écouter.
D'ailleurs, je n'ai pas atterri ici par hasard, c'est évident ;OD
Merci :)))






matinbonheur a dit…

Contente et fière de toi pour ce chemin parcourue ;-)

Le Chat a dit…

Oui après avoir déposé mes filles à l'école ;-) Naaaaan je blague !
Quand je me sens au bon endroit ?
Je crois que finalement là où je suis, dans ma vie, est le bon endroit... grosso modo là où je m'imaginais "avant"... en revanche je n'avais pas anticipé que j'allais vieillir :-)
Mais j'ai un manque : celui que toi tu as réussi à remplir... la continuité des racines... Je regrette ce déracinement, je me fais l'impression d'être sans famille (antécédents), d'être née seule et de ne pas assez aimer l'histoire de ma famille (que d'ailleurs personne ne raconte dans ma famille....) pour me l'approprier...
Des bizzzz Miss Zen at the right place !

Tazounette a dit…

Tout le temps, à vrai dire ! Quand j'étais maman solo, la vie filait à toute vitesse, les filles étaient plus petites, c'était plus difficile. Mais depuis que je suis à la maison, c'est un bonheur... Juste de les regarder pousser. Les entendre rire, s'inventer des histoires. Et chaque leçon de choses que j'ai le temps de faire, chaque explication sur les événements de la vie, sur tout et n'importe quoi... Je les regarde pousser, et j'ai ce sentiment de plénitude au coeur. Même si par moments c'est pas évident d'être juste "à la maison"... Dès que je suis devant l'école, l'après-midi, c'est comme si ma vie, mon "vrai" rôle recommençait. C'est un bonheur infini.
J'aimerais tant que la PMA fonctionne, juste tout recommencer une nouvelle fois, en mieux (avec un "vrai" père)... en différent, mais une nouvelle fois, une dernière fois... ;o) Je suis si contente de te voir posée. Et comblée...

Célestine a dit…

Oh oui, me sentir ancrée dans la terre, oui, ça m'arrive, de me sentir exactement à ma juste place et c'est un sentiment extraordinaire.Oui, vraiment on sent dans ton billet, on mesure toute la force vitale que tu développes, et combien peu à peu tes priorités se dégagent, comme un tableau qui se révèle à la lumière éclatante du jour. Merci Miss.Tu m'envoles à chaque billet.

Lou de Fougères a dit…

Chère Miss Zen,

Vous me prenez par la main pour tomber à travers le temps. Déjà me reviennent l'odeur du cuis du cartable usée, de l'eau crayeuse, de l'encre et la colle blanche qui sentait la pâte d'amandes… Les cris et les chansons des enfants tournent autour de ma tête comme une bande de moineaux.
L'enfance revisiter avec un regard de mère comblée. Quel bel hommage à la Terre dans laquelle nous sommes enracinées mais avec la tête dans les étoiles, les cheveux au vent, pour r^ver.
A chaque fois je me demande comment vous faites ça, créer un rêve merveilleux, avec une poignée de phrases à première vue si anodines. Bravo et merci!
Amitiés, Lou

Nouschine a dit…

Quel magnifique texte...Des pensées douces

Miss Zen a dit…

La vie en rouge : la continuité, j'aime beaucoup ce mot. Difficile de nos jours de maintenir cette continuité et apres on s'étonne que nos vies manquent de sens. Belle décision de ta part !

Slye : aaaah les messages du corps ne trompent pas. Un lieu, si magique soit-il, ne résout pas tout mais je suis convaincue que ça aide énormément. Nous sommes comme les plantes, les arbres, nous avons besoin d'une bonne terre pour vivre.....

Matin Bonheur : merci mille fois

Le Chat ; alors la moi non plus j'avais pas du tout capté ce que ça voulait dire "vieillir", j'ai du mal à m'y faire......mais oui je crois que ça m'aide de m'être "rempotée" dans un autre terreau ! Des bizz made in le Nord

Tazounette : mais oui ça finit toujours par fonctionner (crois moi) mais il faut bien s'entourer, se sentir en confiance, soutenue, écoutée.... En attendant, profite - je suis totalement comme toi, je me découvre autre avec mon fils et je savoure chaque minute (bon parfois je m'énerve aussi mais soit)

Célestine: tu as l'art et la manière de mettre du baume au coeur, de mettre en lumière une situation. Je sens effectivement que ce nouveau rythme me permet de me redécouvrir en douceur, de laisser émerger mes envies profondes et de laisser faire un peu le temps. Un immense luxe. Merci à toi

Lou de Fougeres :comme vous me faites plaisir, vous ne pouvez pas savoir.....je vole sur mon petit nuage. Et l'évocation de ces petits pots de colle, quelle jolie madeleine. MERCI

Nouschine : merci beaucoup, beaucoup